Méora, Une jumelle venue de loin | FINI |
 :: Dis-nous tout sur toi ! :: Viens te présenter ! :: Présentations terminées

Méora Hérouta

Messages : 46
Date d'inscription : 14/06/2017
Localisation : Dans un coin du parc
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 0:42
• Méora Hérouta
ft. Altera de Fate Extalla

Âge :19 ans
Situation conjugale : Célibataire pour le moment.
Situation familiale : A un frère jumeau, Ahra Hérouta.
Professeur/étudiant(+classe si élève) ? : Classe C. Etudiante en Art (Bac pro si possible)
Orientation sexuel : Pansexuel.
Origine : Égyptienne
Délit commis : Vol dans des épiceries et grandes surfaces (Nourriture et produit ménagés). Vol de boutique de Luxe (bijoux et appareils électroniques [téléphones, tablettes, etc]). Coursière pour un gang de dealer de drogue (Chargé de donner le lieu et la date de rendez vous pour les trafics).
Caractère ♦

Méora est douce comme un nuage. Bien qu’on ne sache pas si un nuage est réellement doux. Quand on la regarde, on peut se sentir apaisée, voir même enivré par le charisme qu'elle dégage. Peut-être est-ce dû à ses origines. Elle parle très peu voir quasiment jamais. Non, elle n’est pas muette et sa voix est douce et mélodieuse, sans doute l’image du miel vous viendra à l’esprit lors de sa prise de parole. Sauf qu’elle ne trouve pas l’intérêt de parler pour dire des absurdités, enfin sauf si vous en valez la peine ou qu’elle vous aime bien. Mais elle a appris à parler la langue des signes et use souvent de sa gestuelle pour ce faire comprendre. Malgré son apparence innocente, elle peut se montrer cruelle, utilisant des mots avec soin, elle frappe le plus souvent là où ça fait mal. Car la jeune égyptienne est très perspicace. Elle peut d’un regard comprendre la situation et chercher à s’en défaire. Elle n’aime pas être mêlée à une affaire désagréable et va donc chercher à s’en extirper assez rapidement.

Méora n’est pas farouche. Si vous la chercher, elle est probablement dans le dos de son frère, un peu comme son ombre. C’est d’ailleurs a ses côtés que vous aurez peut-être la chance de la voir sourire. Son visage d’ange ne laisse échappée que peu d’émotions. Lire en elle n’est pas simple. Son regard peut paraitre vide par moment, surtout quand elle réfléchit. Ou alors lorsqu’elle s’évade dans son monde. Car oui, Méora est rêveuse. Elle aime beaucoup lire les contes de tout genre et s’imaginer vivre les aventures à la place des héros. Elle adore également l’art. Usant parfois de ses doigts pour peindre ou sculpter. De nature curieuse et tactile, elle n’a pas de honte à toucher les choses pour en comprendre le fonctionnement. Il n’est donc pas rare qu’elle touche les gens qui l’intéressent. Un peu comme pour un aveugle, pour mieux retenir les choses.

Bien qu’elle eût une éducation pauvre, Méora est très polie, elle sait se tenir bien à table et devient vite contrarié quand les couverts ne sont pas au bon endroit, oui, on peut le dire, elle est un peu maniaque sur les bords. Elle aime quand tout est rangé, sauf son lit, c’est le seul qui échappe à ses penchants méticuleux. D’ailleurs de cette vie dans la pauvreté, elle a appris à recyclé les vêtements en utilisant les vieux tissus pour en faire un neuf. Elle sait donc, coudre, brodé, mais également tricoté. Bien qu’il lui arrive toujours de ce piqué les doigts, ce qui a tendance a vite l’agacé.

Bien qu’elle ait l’air de la femme parfaite, Méora ne sait que très peu cuisiner. Elle ne pourra donc pas vous faire de gâteau, ni même de plat trop complexe. Cela se limite à l’omelette et le Koshari. Mais elle aimerait apprendre davantage. Seulement sa maladresse légendaire en cuisine fait d’elle plus un boulet qu’un commis de cuisine. C’est d’ailleurs en cuisine qu’on peut voir son visage boudeur, parfois triste de ne pas réussir ce qu’elle voudrait faire.

Pour ce qui est de la dernière technologie, on peut dire qu’il est un tout autre univers pour la demoiselle, peu à l’aise avec ça, elle demande souvent à son frère de lui montrer, et ce, pour la millième fois, chaque étape, elle finit souvent par pleurer et bouder dans son coin.

Parlons un peu de ses liens familiaux. Méora n’a qu’un frère, et il est-ce qu’il y a de plus précieux au monde, c’est un peu comme le jour et la nuit, il n’est pas envisageable pour la demoiselle d’être loin de son jumeau. Ils entretiennent un lien très particulier, pouvant communiquer d’un simple regard. Bien qu’elle ne soit pas de penchant de tueuse. La demoiselle serait prête à torturer et tuer pour protéger son frère. N’allez surtout pas lui faire la blague d’être en couple avec son frère, à moins de vouloir tenter l’expérience d’être étouffée par un coussin durant votre sommeil. Bien que son frère se soit lancé dans la vie criminelle, elle le suit sans vraiment ce posée de question, elle veut juste être avec la dernière personne de sa famille.
p>

Physique ♣

Ce qui frappe en premier chez Méora, c’est son poing. Hum, blague à part, ce qui peut sauter aux yeux lorsqu’on la voit pour la première fois, c’est son teint bronzé, assez typique de ses origines. La jeune fille est égyptienne. Ce qui lui donne cette couleur de peau si particulière. Si on commence à la décrire, en partant de sa tête. On peut voir sa chevelure. Elle est blanche, argenté suite à sa maladie. Le petit nuage est atteint d’albinos, ce qui lui donne une santé quelque peu fragile, tombant assez souvent malade. Mais cela n’empêche pas d’escalader des montagnes, rien ne semble l’arrêter. En dessous de ses cheveux mi-longs, qu’elle coupe elle-même en prenant soin de faire attention, on peut voir ses yeux orangés, voir rouge par moment. Cela est aussi dû à sa maladie, ce qui lui a causé pas mal de surnom. La sorcière, l’erreur humaine, le monstre.
En parlant de son regard, on peut remarquer qu’il ne laisse que peu d’émotion. La joie, la curiosité et la colère. C’est ce qui peut ressort quand on ne l’a connaît pas. Son visage est assez fin, plutôt arrondie. Ses joues peuvent rougir lui donnant un air assez mignon. Ses oreilles sont percées, mais porte peu de boucle d’oreille. Usant son argent pour autre chose que ce genre de futilité.

Le reste de son corps est assez fin. Aux courbes assez généreuses sans être provoquant. Sa poitrine aussi est assez mince, mais pour elle ce n’est pas un problème, même s'il lui arrive d’envier celle qui en a un peu plus qu’elle. Sa peau est assez chaude et douce comme une pêche. Son parfum préféré est la vanille et l’abricot.

Méora fait attention à l’image qu’elle laisse aux autres, sans être superficielle, elle va prendre soin de son corps. Corps qui a été tatoué dans son enfance par des lignes blanches sur son corps. Allant du cou aux jambes en passant par sa poitrine et ses fesses. On peut aussi voir deux traits de la même couleur sur ses poignets qui en fait un bracelet.

Coté vêtements, la petite est habituée à des vêtements de seconde main, souvent recousus par ses soins. Mais s'il y a une tenue dans laquelle elle se sent vivre, se serais dans les maillots de bain. Elle s’en est cousu un sur-mesure, elle ne le quitte pas, elle le porte le plus souvent possible. Sauf qu’ici, il fait tellement froid. Elle porte alors juste le haut sous ses vêtements, comme un grigri qui la protégerait du mauvais sort.


Histoire ♥

Méora signifie Aube. Un prénom qui colle assez bien à cette petite fleur née en Aout. En même temps qu’un autre nourrisson. Née dans une ville d’Angleterre d’une mère égyptienne vendue comme esclave moderne. Elle a servi longtemps cet homme qui la frappait. Mais elle le cache. Ce ventre arrondi qui protégée deux petits êtres. Elle leur donna naissance, malheureusement sous le toit de ce maître infâme, qui l’a menacée dès les tués au moindre faux pas de cette dernière. Mais elle n’était pas seule. Une vieille dame était là pour la soutenir au début, avant de finalement prendre sa retraite contre son gré.

La mère éleva tant bien que mal ses enfants, leur parlant sa langue maternelle, leur donnant tout l’amour qu’il fut possible, mais son corps s’affaiblit avec le temps, et les coups reçus. C’est ainsi, qu’un soir, profitant d’avoir mis des somnifères dans le verre de l’homme, de s’enfuir avec ses petits maintenant âgés de deux ans. Elle l’avait sentie, cette fin pour cette vie. Confiant alors ses enfants à cette dame qui l’avait tant donné dans ce monde hostile. Avec cette lettre remplis de mot chacun écrit avec regret et tant d’amour. Elle regretté de ne pas pu leur donner une vie avec un départ meilleur.

C’est alors que débuta la vie de Méora et de son frère Ahra. Élevé par une vieille dame qui chercha à combler le manque que mère décédée laisse derrière elle. Oh, bien sûr l’homme chercha un temps les mômes qu’il avait perdues de son esclave, car il s’entête à ce dire qu’ils étaient à lui et à personne d’autre. Mais au bout d’un moment, il trouva plus jolie poulette qui lui fit rapidement oublier sa mésaventure. Mais voilà, la dame n’était pas riche et élevée deux enfants lorsqu’on est assez âgée devient vite difficile. C’est alors qu’elle sacrifia une partie de ses économies, pour que les gamins ne manquent de rien. Cela n’échappa au regard curieux de Méora, qui depuis petite se trouvais être une enfant très calme, qui bavarde peu. Très concentré dans ce qu’on peut lui apprendre, elle prit plaisir à coudre avec la vieille dame, des vêtements, des doudous, des chiffons, recyclant un maximum. Le tricot, la broderie, elle apprit tout de cette femme qui au fond était sa maman de substitution.

Mais voilà qu’un jour, la dame eu de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. C’est alors qu’elle ce mi à voler, au début rien de grave. Des pommes, un peu de produits de la vie de tous les jours. Sans attirer l’attention de personne, en même temps, c’était assez simple pour elle, elle était si calme que personne ne faisait vraiment attention à elle. En rentrant, elle mentit souvent en disant qu’elle l’avait trouvé, ou alors qu’on lui a donné à l’école. Bien sûr, son frère comprit rapidement qu’il y avait anguille sous roche. Surtout quand Méora revenait à la maison avec de la viande ou des aliments un peu chers. C’était pendant un soir, ou elle s’échappa de la maison, par la fenêtre, volant alors dans le boucher non loin qui tous les soirs profitent du calme de la ville pour ouvrir la porte arrière de sa boutique pour aérer et nettoyé. C’est à ce moment-là qu’elle se faufile pour prendre ce qui lui semble bien. Retournant là à maison pour le remettre dans le frigo, comme si tout était normal.

Elle n’avait alors que dix ans. Son frère commença alors à en faire de même. Mais lui était attiré par le mal, il aimé ça. Commençant à avoir de mauvaises fréquentations. Le jour à l’école, la nuit dans la rue. Bien sûr, Méora suivait le pas de son frère, comme son ombre, cela ne lui faisait pas peur. Elle voulait être avec son frère, dès qu’elle était trop loin de lui, une sorte d’angoisse l’envahit, comme si son cœur allé décéder à cause de la distance. Elle devient alors son ombre, parlant peu, elle aimait le voir heureux, rien de plus comptait pour elle, tant qu’elle pouvait continuer à subvenir au besoin de la dame et de son frère. Ce petit jeu durant jusqu’aux seize ans. Vol de bijou, de nourriture, d’appareil électronique, la petite métisse avait bien appris dans l’air du vol à l’étalage. Le plus souvent, c’était pour sa famille, mais aussi pour ce gang qu’avait rejoint son frère.

C’était une bande de mafieux de seconde zone, Méora n’aimait pas beaucoup de monde, mais son frère semblait épanoui et ne voulait pas être un boulet pour lui, alors elle l’avait rejoint un peu à contre cœur, elle savait que ce qu’il faisait était mal, mais allez dire ça a une petite fille qui a vu la seule adulte responsable mourir sous ses yeux. Car oui, la dame qui élevée ses deux enfants venait de mourir il y a quelques mois. L’enterrement fut bref et sans personne, juste quelques membre du gang c’était déplacé pour l’occasion, il faut dire qu’elle leur prépare toujours du gâteau, celui aux noix. Bien sûr, personne ne déclara sa mort. Quand on appela pour elle, les enfants prétendaient qu’elle était malade ou alors endormie, mais jamais il n’annonça son décès. Il ne fallait pas, où irait-il sinon ? Grâce à l’argent de la revente de drogue que faisait son frère, il gagner suffisamment pour payer le loyer et faire marcher leur petite combine assez longtemps.

Méora quant à elle, ne voulant toucher la drogue en aucun cas, fût alors nommée coursière, c’est à elle que revenais la charge de dire où et quand avait lieu les transactions. À l’aide de mots sur un bout de papier, ou de phrases codé dans des bars. Jamais par le téléphone, pour la bonne raison qu’elle s’énerver dessus et le plus souvent, il finissait frapper sur le sol. Ce n’était pas super comme job, mais au moins elle était loin de la drogue. Son frère lui, oh, on peut dire qu’il avait les mains dedans. Avec le peu d’argent de côté, elle se paya des livres, appris diverse choses et ce prit d’amour pour la lecture de compte pour enfant. Celui où les princesses étaient sauvées par des princes valeureux et forts. Mais aussi de livre plus complexe. L’école lui manquait un peu, elle aurait aimé y retourner un peu, mais bon, finalement être à la maison toute la journée lui évitait les insultes dues à sa couleur de peau ou de ses cheveux.

Tout allé bien dans leur vie, il avait mis assez de côté pour s’offrir des choses un peu plus chères, bien que finalement, Méora pouvait le voler dans une boutique pour le revendre, mais bon, rien de plus plaisant que de s’offrir un petit quelque choses avec l’argent durement gagné, et puis dans la tête de la petite, cela raisonner comme un dédommagement au magasin qu’elle volait. Sauf que cette routine se brisa du jour au lendemain, les flics avaient trouvé la source des dealers, pour eux pas de minutes à perdre. Elle, elle n’était pas au courant bien sûr et son frère se planquait à la maison sans raison, ne voulant pas dire à sa sœur les raisons. Finalement, un jour, elle se fit prendre la main dans le sac par un commerçant qui l’avait déjà entrevue une fois, mais n’étant pas sur n’avait pas porté plaintes. Alors alertant les flics qui ont alors compris qui elle était, l’on suivit jusqu’à chez elle, condamnant alors leur nid douillet en piège à souris pour malfrat. Les flics ont débarqué un soir alors que tout deux dormais, pour les mettre alors en examen.

Le procès fut long, Méora ne parlait peu ou alors en langage des signes, un peu paniquer par tout ça. Finalement, le jugement tomba, il pourrait s’en sortir, grâce e leur tuteur légal qui décida de les envoyais dans un institut pas très légale. Institut réputé pour des criminels en tous genre. La question ne se posa pas pour les jumeaux. Aujourd’hui, ils sont à leurs premiers pas dans un lieu qu’il leur semble tout à fait nouveau. Méora pris la section art, car finalement, elle aimer bien sculpter et peindre, si ça ne marche pas, elle ira en couture. Toute façon, elle ne quittera pas l’établissement sans son frère.

Toi derrière ton écran ♠

ton petit nom/surnom:Alek's
Âge: 25ans
Tu pense quoi du forum ?Malgré un codage un peu abracadabrant, il est assez sympa ! ♥
Comment as tu trouvé le forum ?Via le bouche à oreille.
code du réglement :


¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤
Ma voix est rare mais mélodieuse, vous pouvez l'entendre en #336699

Hannah Baskerville

Messages : 89
Date d'inscription : 03/05/2017
Age : 19
Localisation : Sûrement dans un coin sombre avec Billy
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 0:58
Bienvenue ! On travail encore sur l'amélioration du codage ^^
Pour ce qui est de l'histoire, je suis d'accord, sauf, pour la fin. L'institut est illégal et donc en soit le juge ne peut pas vous y envoyer, il faut que quelqu'un d'autre vous y envoi de son plein grès, un ami de la famille, peu importe qui, même vous, pour vous sauver la peau ! Mais ça ne peut pas être un choix de la justice ^^
Sinon dans l'ensemble c'est une bonne fiche, il y a pas mal de fautes mais ça reste lisible et logique ! Dès que ce petit détail au sujet de l'histoire est réglé je te valide avec plaisir =)

¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤

Lyam Arild

Messages : 16
Date d'inscription : 11/05/2017
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 9:24
U-U Du Fate, really?

Je plaisante, bienvenue o/

Méora Hérouta

Messages : 46
Date d'inscription : 14/06/2017
Localisation : Dans un coin du parc
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 10:36
Et oui du Fate... c'est mal ?
Merci pour ton accueil ~

J'ai modifié la fin. Si il faut plus de précisions dans ce cas je développerais plus !

¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤•.¸¸.•´¯`•.¸¸.¤
Ma voix est rare mais mélodieuse, vous pouvez l'entendre en #336699

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: